Nouvelles prothèses, lipofilling mammaire : vers la fin des implants ?

Nouvelles prothèses, lipofilling mammaire : vers la fin des implants ?

- Dans CHIRURGIE DES SEINS
371
images (8)

Deux observatoires américains du marché de l’esthétique médicale, l’ASAPS (American Society for Aesthetic Plastic Surgery) et l’ASPS (American Society of Plastic Surgeons), ont confirmé la première place mondiale de l’augmentation mammaire dans le top 5 des interventions de chirurgie esthétique. Elle devance la liposuccion, la blépharoplastie, la rhinoplastie et l’abdominoplastie. Et au vu des prévisions 1, le marché mondial de l’augmentation mammaire ne devrait pas faiblir, puisqu’une croissance prévisionnelle annuelle de 7 % par an est attendue.

L’intérêt du lipofilling

Autre méthode pour augmenter sa poitrine sans faire appel aux implants : le lipofilling. Cette méthode consiste à prélever de la graisse stockée en excès dans certaines zones du corps (amas appelés « stéatoméries ») pour la réinjecter au niveau de la région thoraco-mammaire (après purification des cellules graisseuses et traitement des cellules souches), afin d’améliorer le volume et l’esthétique des seins. Cette technique, également appelée lipomodelage, avait déjà montré son utilité dans le comblement des rides et la restauration des volumes du visage.

Le lipofilling est non seulement très intéressant en termes de tolérance par l’organisme puisqu’on ne fait appel à aucun corps étranger, mais se révèle aussi très avantageux pour corriger les asymétries mammaires en évitant la mise en place d’une prothèse.

La candidate idéale ? La patiente demandant une augmentation modérée à très modérée, et présentant dans le même temps un excès graisseux (notamment au niveau de la culotte de cheval). Cette méthode présente l’avantage d’une augmentation mammaire naturelle et définitive, avec très peu de cicatrices. Une seule condition : ne pas jouer au yoyo avec son poids, la perte graisseuse entraînant automatiquement une diminution du volume mammaire.

Partant du postulat qu’une patiente sur 10 développera au cours de sa vie un cancer du sein, il s’agit de prendre le maximum de précautions afin d’éviter tout lien de causalité entre lipofilling et cancer du sein à l’avenir.

Prudence donc : veillez à faire appel à un chirurgien expérimenté dans ce domaine et ne négligez ni le bilan préopératoire (afin d’éliminer toute lésion cancéreuse éventuelle) ni les suites de l’intervention (mammographie et échographie afin d’écarter la possibilité de kystes huileux bénins).

Article

doctissimo.fr

A propos de l'auteur