Reconstruction mammaire – Cancer du sein – et la Chirurgie Esthétique

Reconstruction mammaire – Cancer du sein – et la Chirurgie Esthétique

- Dans CHIRURGIE DES SEINS
395
reconstruction du sein après cancer en Tunisie

Retrouver les formes de son corps demeure une étape importante pour la malade et participe à son amélioration.

Aide psychologique

La chirurgie plastique et reconstructrice est de plus en plus souvent conseillée à la suite d’une ablation d’une tumeur. Elle offre aux patientes une aide considérable en leur permettant de retrouver une poitrine proche de celle qu’elles avaient préalablement à l’intervention. De nombreux services de cancérologie intègrent un chirurgien plasticien dans leur équipe pour conseiller aux patientes une reconstruction mammaire dans les meilleures conditions possibles.

Collaboration entre cancérologue et chirurgien plasticien

Le cancérologue et le chirurgien plasticien collaborent ensembles à cette étape importante pour la femme.

Reconstruction mammaire

L’objectif de la reconstruction mammaire est de reconstruire le galbe du sein grâce à l’implantation d’une prothèse remplie de sérum physiologique ou de gel de silicone Une petite intervention sur l’autre sein est souvent effectuée pour des raisons de symétrie. Le chirurgien conseillera la patiente selon le type d’intervention effectuée, en fonction du traitement post-opératoire, de l’état cutané et des muscles… Ne pas hésiter à lui demander de vous montrer des photos de reconstructions mammaires qu’il a déjà effectué.

Délai

La reconstruction mammaire est parfois effectuée dans certains cas en même temps que l’ablation du sein ou pratiquée après la fin d’une chimiothérapie. Un délai de plusieurs semaines, voire davantage, est parfois indispensable après l’ablation du sein.

Etapes

La reconstruction mammaire peut se dérouler en plusieurs étapes pendant plusieurs mois, et parfois même pendant près d’un an pour être complète et satisfaisante.

Incidence sur la maladie cancéreuse

La reconstruction mammaire n’a aucune incidence sur la maladie cancéreuse et ne compromet pas les chances de guérison et ne gêne la surveillance ultérieure. Cette intervention peut aussi être pratiquée après une tumorectomie.

 

Article

sante-medecine.journaldesfemmes.com