Lifting des cuisses

Lifting des cuisses

- Dans CHIRURGIE DE LA SILHOUETTE
1159
lifting des cuisses en tunisie

Moins connu que le lifting du visage, le lifting des cuisses est néanmoins à l’ordre du jour depuis plusieurs années. Après la liposuccion qui a fait son apparition en 1978, les opérations de la silhouette ont vu leurs techniques radicalement améliorées, et notamment la chirurgie esthétique des cuisses.

Le lifting des cuisses – encore appelé cruroplastie, lifting crural, ou dermolipectomie crurale – bénéficie de nombreux progrès médicaux, offrant de très bons résultats avec une reprise à la vie normale plus rapide.

Le lifting des cuisses, pour qui ?

La peau des cuisses est particulièrement sensible, car très fine, avec des fibres élastiques que l’on pourrait qualifier de fragiles. Lorsque la peau est de bonne qualité, souple, tonique, une liposuccion peut parfois suffire pour retrouver des cuisses aux lignes esthétiques. Néanmoins, lorsque la peau est altérée et ne bénéficie pas d’un potentiel correct de rétraction, la liposuccion ne peut suffire.

Le lifting des cuisses rend donc un réel service aux femmes souffrant de cuisses disgracieuses, vergeturées, flasques, tombantes. Il vise à remédier à un excès de peau lié à un relâchement cutané (on parle de ptôse cutanée), qui peut, selon les cas, être plus ou moins associé à un excès graisseux (lipoméries).

Sont à l’origine de l’aggravation du revêtement cutané: le vieillissement naturel de la peau, des facteurs héréditaires, des variations pondérales importantes, un amaigrissement massif pouvant faire suite à une chirurgie bariatrique (chirurgie de l’obésité), des grossesses…

Les indications sont réelles lorsque, en plus du caractère inesthétique, la patiente souffre d’une gène à la marche au niveau des faces internes des cuisses qui se frottent l’une contre l’autre, avec irritations et macérations qui s’en suivent. Le frottement est encore plus flagrant et désagréable si la patiente a morphologiquement les cuisses naturellement serrées.

Les contre-indications

  • Hormis une contre-indication d’ordre général (telles que les contres indications d’anesthésie), des risques soulignés d’embolie et de phlébite constituent une contre-indication relative, nécessitant une grande prudence et des examens complémentaires. Quelque soit les cas, un traitement anti-coagulant sera systématiquement prescrit.
  • Il est impératif que la patiente ait atteint un poids proche de son poids de forme avant de programmer l’intervention.
  • Une infection loco-régionale est une contre-indication au lifting des cuisses, tant qu’elle n’est pas guérie, et ce, afin d’éviter tout risque de infection suite à l’intervention.

Le lifting des cuisses, comment ça se passe ?

AVANT L’OPÉRATION

Une à deux consultations préopératoires sont nécessaires : chaque détail de l’intervention doit être exposé par le chirurgien à sa patiente. Celui ci doit lui remettre un devis. Un rendez-vous avec l’anesthésiste doit également être prévu, et ce 48h minimum avant l’intervention de lifting des cuisses.

DÉROULEMENT DE L’OPÉRATION

Le lifting des cuisses se déroule sous anesthésie générale. La durée de l’hospitalisation est de 1 à 2 jours en fonction de l’importance du lifting effectué. La durée de l’intervention se situe entre une à deux heures selon les gestes chirurgicaux à effectuer, et les techniques employées par le chirurgien esthétique.

L’intervention débute le plus souvent par une liposuccion (ou lipoaspiration) de la face interne des cuisses de façon à corriger tout excédent graisseux. Les amas graisseux (stéatoméries) sont aspirés par de très fines canules (4mm) de façon à préserver la qualité cutanée délicate de cette région pour un résultat égal et sans aspérités.

Suite à la liposuccion, le chirurgien procède aux incisions qui permettront d’ôter les excédents de peau, et de lifter ainsi la cuisse.

La longueur et la localisation des incisions sont adaptées au cas par cas, et diffèrent selon l’importance de l’excédent cutané à traiter. Elles sont déterminées lors des consultations pré-opératoires en concertation avec la patiente. Néanmoins, on peut noter 3 grandes familles de techniques :

LA TECHNIQUE AVEC INCISION VERTICALE

Elle est réalisée lorsque la patiente présente des excès cutanés important. L’incision se situe le long de la face interne de la cuisse de haut en bas. Sa longueur dépendra de la quantité de peau à retirer.

LA TECHNIQUE AVEC INCISION HORIZONTALE

Elle est réalisée lorsque les excès cutanés sont modérés et localisés à la partie supérieure des cuisses. C’est la technique laissant les cicatrices les plus discrètes en raison de sa localisation dans les plis naturels de la silhouette. L’incision peut se camoufler dans le pli de l’aine jusque dans le pli fessier, en passant par le sillon du haut des cuisses (pli génito-crural ou inguinal). Le redrapage de la peau s’effectue vers le haut et vers l’intérieur. Les excédents de peau sont enlevés. Une fois la peau étirée, la zone est refermée dans les plis naturels du haut de la cuisse.

LA TECHNIQUE MIXTE (CONJUGUANT LES 2 TECHNIQUES PRÉCÉDEMMENT DÉCRITES)

Une fois l’incision effectuée, après avoir débuté par une éventuelle liposuccion, le praticien ôte les excès cutanés. La peau redrapée est suspendue par des sutures profondes de façon à devancer un futur affaissement cutané, à éviter que la cicatrice ne redescende et assurer ainsi une pérennité harmonieuse. La face intérieure des cuisses retrouve ainsi une tension esthétique. A la sortie du bloc opératoire, la patiente portera un panty de contention ou des bandes élastiques collantes selon les cas.

lifting-des-cuisses-tunisie-1

LES SUITES

Les douleurs sont en général de faible intensité et semblables à des courbatures. La fatigue est souvent présente de quelques jours à une semaine selon notamment la quantité de graisse qui a été lipoaspirée. La prise d’antalgiques simples permet, si besoin, de les prévenir, ou d’atténuer les douleurs.

Un oedème (gonflement) et des ecchymoses peuvent apparaître après l’opération mais ces phénomènes sont tout à fait normaux et vont régresser habituellement au bout de 2 à 3 semaines environ.

Du fait de la localisation humide des cicatrices, les soins doivent être quotidiens au début. Il est demandé aux patientes d’effectuer une toilette une à 2 fois par jour. Tout comme une épisiotomie lors d’un accouchement, un nettoyage à la douche est nécessaire avec éventuellement un séchage doux au sèche cheveux. A noter, pour une bonne cicatrisation, le port de vêtements amples est recommandé.

Afin de ne pas risquer de dyschromie (une cicatrisation avec un trouble de la coloration), il est demandé à la patiente de se protéger du soleil et des UV (en cas d’exposition de la cicatrice) lors des 6 premiers mois avec un écran total.

La gaine de contention sera portée pendant un mois, les bas de contention pour une période de 15 jours (cette période pourra être rallongée pour les patientes sujettes aux risques de phlébite ou d’embolie).

Lors des premiers jours suivant l’opération, la marche peut être légèrement gênée mais elle est autorisée (pour diminuer le risque de phlébite). Un traitement par anticoagulant sera systématiquement prescrit dans ce but pendant une dizaine de jours (voire plus selon les cas). A l’inverse, Il est également recommandé d’éviter tout mouvement important et sport qui pourraient accentuer la tension au niveau des cicatrices lors du premier mois suivant l’intervention.

lifting-des-cuisses-tunisie-2

Risques et complications

Les complications sont rares mais doivent être impérativement mentionnées par votre plasticien: phlébite, embolie pulmonaire, hématome, infection, écoulement lymphatique, troubles de la cicatrisation, sensibilité des cuisses altérées temporairement, asymétrie… Le recours à un chirurgien qualifié et compétent permet d’éviter les complications ou à défaut de limiter leurs apparitions et de les traiter efficacement le cas échéant.

Les résultats

Les résultats d’un lifting des cuisses sont immédiats, malgré l’œdème temporaire. Les résultats de cette opération esthétique sont en général excellents si les indications sont bien posées (respect des contre-indications, absence de surpoids). La patiente peut apprécier le résultat final 5 à 6 mois environ après l’opération, le temps d’une résorption totale de l’œdème, d’une stabilisation des tissus et d’une cicatrisation aboutie. La peau retrouve une tension équilibrée, les cuisses sont liftées, la silhouette est dessinée. La cicatrisation, quant à elle, pourra être appréciée 10 à 12 mois après l’intervention, date de la maturité cicatricielle (cicatrisation complète des cicatrices).

 

Article

doctissimo.fr

A propos de l'auteur