Botox : ses 7 atouts santé

Botox : ses 7 atouts santé

- Dans MÉDECINE ESTHÉTIQUE
623
injection de botox en tunisie

On connaît ses vertus pour gommer les rides d’expression. Mais parce qu’il inhibe l’action musculaire, le botox guérit ou soulage aussi des pathologies plus lourdes. Décryptage.

injection-botox-tunisie-4      injection-botox-tunisie-5

Le botox pour calmer les vessies hyperactives

A l’origine, la toxine botulique – l’actif du Botox – est un poison. Paradoxalement, c’est grâce à sa toxicité qu’il soigne. Il bloque, en effet, la sécrétion du neurotransmetteur acétylcholine, l’un des messagers chimiques du cerveau, qui commande les contractions musculaires. Les informations cérébrales ne parvenant plus jusqu’aux muscles, ces derniers restent inertes. C’est précisément ce qui lui permet de juguler certains troubles dus à une hyperactivité musculaire, pour lesquels le Botox dispose d’autorisations de mise sur le marché (AMM) thérapeutiques.

Du Botox pour soulager la migraine chronique

Cette forme sévère de migraine touche 18 % des femmes et 6 % des hommes. Ces personnes souffrent durant 15 jours par mois, dont au moins 8 jours non-stop de migraine . Le Botox est proposé en traitement de fond lorsque les médicaments s’avèrent insuffisants et/ou quand leurs effets secondaires deviennent trop lourds (fourmillements douloureux, états vaseux).

Le botox supprime l’hypersudation

Outre l’hyperhidrose des aisselles, des mains et des pieds due à l’hyperactivité génétique des glandes sudoripares, le Botox traite l’hypersudation du visage, consécutive à un traumatisme de la face — et non pas émotionnelle —, suite à un accident de la route ou sportif ou après la chirurgie de cancers, réalisée dans la région de la glande salivaire parotide. Ces accidents et la chirurgie peuvent entraîner une section des fibres du nerf auriculo-temporal et, lorsqu’il repousse, sa réinnervation est parfois anarchique. Au lieu d’innerver la glande salivaire, il innerve les glandes sudoripares. Conséquence : une hypersudation du côté blessé ou opéré, spécifiquement lors de la mastication et donc pendant les repas.

 

Il rend la voix

Le timbre et l’intensité de la voix dépendent du bon accolement des cordes vocales qui, sous l’effet du souffle, vibrent deux cents fois par seconde pour former un son. Or, ce sont les muscles du larynx qui orchestrent ces vibrations. En cas de dysphonie laryngée, leur tonus est altéré. Résultat : soit les cordes vocales s’ouvrent trop et la voix est à peine audible ou aphone, soit elles se contractent trop et la voix devient grave, sourde et spasmée.

Il pallie le bruxisme

Sur les 10 à 15 % de la population qui grincent des dents ou qui serrent la mâchoire à toute force en dormant, plus de 65 % sont des femmes. Leurs maux ? Des dents cassées, usées exagérément et/ou d’importantes douleurs articulaires dans la mâchoire. Cela va parfois jusqu’à la luxation des ménisques de la mâchoire. Le botox donne les meilleurs résultats dans le bruxisme par « serrage » (ceux qui serrent la mâchoire), car cette pathologie entraîne une hypertrophie des muscles élévateurs des joues, les masséters, contre laquelle on va agir, ainsi que sur le déséquilibre préjudiciable que cela entraîne entre les muscles qui ferment la bouche et ceux qui l’ouvrent, qui ne sont plus assez puissants face aux masséters .

Il corrige un strabisme

Il apparaît lorsque certains des sept muscles, qui contrôlent les mouvements oculaires, tirent trop fortement sur l’œil. Ce déséquilibre empêche les deux yeux de voir exactement dans le même axe. Or, c’est la condition pour voir correctement et en 3D. Sinon, le cerveau reçoit deux images discordantes l’une de l’autre et on voit double.

Le Botox équilibre une paralysie faciale

Séquelle d’un AVC ou d’un accident de la route, la paralysie d’un côté du visage pénalise la mimique.

L’action du Botox : Paradoxalement, il permet de rétablir la motricité du visage du côté paralysé. L’impératif : que persiste une activité des fibres nerveuses, même faible. On commence par paralyser de façon infime le côté indemne du visage pour obtenir une symétrie. Au-delà de l’esthétique, cela permet surtout aux deux parties du visage de travailler à l’identique en rééducation faciale. Or, c’est ce qui stimule le mieux la motricité du côté paralysé .

 

Source

femmeactuelle.fr

A propos de l'auteur