Le traitement des brûlures de la peau par chirurgie réparatrice

Le traitement des brûlures de la peau par chirurgie réparatrice

- Dans Uncategorized
594
tori_spelling_meconnaissable_rouge

Les interventions consistant à corriger les brûlures, sont des interventions de chirurgie réparatrice et non pas esthétique. Il s’agit de réparer les tissus blessés ou endommagés en les rapprochant de leur forme initiale.

Dans le cas d’une chirurgie esthétique, le praticien va modifier des tissus sains dans leur forme et dans leur localisation afin de leur donner une autre forme plus belle ou désirée du patient.

chirurgie-brules-tunisie-13chirurgie-brules-tunisie-12

Comment peut-on définir une brûlure ?

La brûlure est une lésion cutanée suite à des événements traumatisants tels que la chaleur, les agents chimiques, l’électricité ou même le rayonnement.

La prise en charge de la brûlure diffère selon sa gravité, sa profondeur et son action sur l’organisme. D’où on trouve :

Brûlures du 1er degré et 2nd degré superficiel

Ces brûlures sont douloureuses cependant leur guérison se déroule automatiquement. Elles se caractérisent par l’apparition des cloques (gonflements).

chirurgie-brules-tunisie-20chirurgie-brules-tunisie-19

Brûlures du 2nd degré profond et du 3ème degré

Il s’agit des brûlures jugées graves et douloureuses qui laissent des séquelles et nécessitant une prise en charge spécialisée.

L’évaluation de la gravité d’une brûlure se fait selon :

  • la localisation de cette brûlure
  • la durée d’exposition à l’agent traumatisant
  • l’existence des maladies aggravant la situation telles que les maladies cardio-vasculaires, le diabète, le cancer de la peau. Ces maladies rendent déjà le patient immunodépressif que dire si elles se combinent aux brûlures graves.
  • l’âge.

Les interventions nécessaires pour corriger les brûlures

Cas d’une brûlure récente

Les brûlures du 1er degré et du 2nd degré superficiel ne nécessitent pas désormais une intervention de chirurgie réparatrice (même  2nd degré intermédiaire). Il faut que le médecin attende 21 jours avant de réagir. Si les blessures ne se sont pas cicatrisées durant cette période, il s’agit donc d’une brûlure profonde et grave et nécessitant une prise en charge différente.

Dans le cas des brûlures du 2nd degré profond et du 3ème degré, le chirurgien commence par nettoyer les blessures ensuite, les recouvrir par une autogreffe de feuillets dermo-épidermiques entiers de 10 cm prélevés des propres cellules du patient.

En effet, la revascularisation de ces feuillets greffés va se faire spontanément par la présence des  ponts anastomotiques (dans les papilles dermiques).

Les excisions-greffes  ont pour but d’éliminer les restes de peau endommagée afin d’assurer une guérison totale de la brûlure profonde. On distingue :

  • Excision-greffe immédiate (le jour-même de l’accident)
  • Excision-greffe précoce (durant la semaine de l’accident)
  • Excision-greffe tardive (3 semaines suivant la brûlure)

Cas des séquelles des brûlures

Il est évident que les séquelles des brûlures ne se traitent pas de la même façon que les brûlures récentes. Après  un an de traitement médical prolongé et assuré par les chirurgiens et les brûlologues, ces derniers vont programmer un traitement pour les séquelles.

Tout d’abord, il est obligatoire de traiter la peau brûlée et de diminuer les séquelles esthétiques et fonctionnelles (problème de pigmentation,  peau épaissie et gonflée, etc.). Ensuite, les chirurgiens vont greffer la peau et les lambeaux s’il est nécessaire.

Dans d’autres cas, ils optent  pour une expansion cutanée qui consiste à gonfler une prothèse en silicone située sous la peau afin de la propager autour de la zone à traiter. Un lipofilling (injection de graisse sous-cutanée) pourrait être également très efficace dans certains cas.