Gynécomastie : ces hommes qui ont des seins

Gynécomastie : ces hommes qui ont des seins

- Dans CHIRURGIE DE LA SILHOUETTE
517
gynecomastie

La gynécomastie est un phénomène bénin mais souvent mal vécu, et plus courant qu’on ne le pense. La gynécomastie correspond à une hypertrophie des seins chez l’homme. Quelles sont les causes de la gynécomastie ? Comment la traiter ?

Nous produisons tous, hommes et femmes, des hormones sexuelles : mâles (la testostérone) et femelles (les oestrogènes). Bien sûr, chez l’homme, la testostérone prédomine. Mais chez certains individus, cette balance hormonale peut se déséquilibrer : la quantité d’oestrogènes augmente, alors que la part de testostérone baisse.

Normalement chez l’homme, la glande mammaire reste à l’état immature. C’est alors qu’intervient une enzyme : l’aromatase. Son rôle est de synthétiser l’œstrogène. Chez certains hommes, l’aromatase peut être hyperactive, elle va transformer la testostérone en œstrogènes. Selon la sensibilité de chaque individu, ces oestrogènes en surnombre vont se fixer sur les récepteurs de la glande mammaire. Résultat : la glande mammaire se développe, et les seins poussent.

gynecomastie-tunisie-3

Attention à ne pas confondre la gynécomastie avec l’adipomastie. Dans l’adipomastie, il s’agit d’un amas de graisse au niveau du tissu mammaire. Cette présence de graisse peut entraîner la formation de ce qui ressemble à des seins. L’effet est encore plus flagrant chez les hommes qui ont beaucoup maigri après avoir été en surpoids et dont la peau s’est étirée. Parfois il peut y avoir les deux combinés, à savoir gynécomastie et adipomastie.

La gynécomastie apparaît le plus souvent chez le jeune garçon, au moment de la puberté. La plupart du temps, les seins apparus vers 12 ans, au début de la puberté, disparaissent dans les six mois qui suivent la fin de la puberté, vers 17 ans. Mais parfois la fibrose s’installe et les seins ne disparaissent pas. Cela peut s’avérer très difficile à vivre pour les hommes jeunes, a fortiori s’ils n’ont aucun surpoids.

gynecomastie-tunisie-1

les causes de la gynécomastie

Lorsqu’il n’y a pas de cause à la gynécomastie, on parle de gynécomastie idiopathique. Mais il peut exister des hypertrophies des seins chez l’homme d’ordre pathologique. Dans ce cas, il faut impérativement faire un bilan hormonal pour éliminer toute suspicion de tumeur, qui pourrait expliquer la sécrétion d’oestrogènes en grande quantité.

Parfois il peut aussi y avoir des causes iatrogènes, d’origine médicamenteuse. La gynécomastie peut en effet être la conséquence d’un traitement contre le cancer de la prostate, par exemple, dont l’action provoque un déséquilibre hormonal. Mais on remarque aussi des gynécomasties chez les culturistes qui prennent des anabolisants… Attention aussi à la consommation de cannabis et d’héroïne.

Une gynécomastie peut aussi apparaître, tout bêtement, chez un petit garçon qui a avalé toute la plaquette contraceptive de sa mère !

gynecomastie-tunisie-2

Traitement

Avant toute intervention chirurgicale, il convient d’examiner si une cause sous-jacente existe. C’est pourquoi une visite chez l’endocrinologue s’impose (médecin spécialiste du règlement hormonal du corps). Lorsque la cause n’est pas clairement identifiée, une opération peut être envisagée en fonction des circonstances et des plaintes. Si la peau présente une bonne élasticité, on réalise une liposuccion ou liposculpture du tissu graisseux, combinée à l’exérèse du tissu glandulaire. Pour ce faire, une petite incision (+/- 2 cm) est pratiquée sous le mamelon. Une petite quantité de tissu glandulaire est préservée sous le mamelon afin d’éviter qu’il ne soient rentrés après l’opération.

En cas d’hypertrophie sévère, l’excédent de tissu doit parfois être éliminé et d’autres incisions sont nécessaires. L’intervention se déroule en général dans le cadre d’une hospitalisation de jour. Des petits tuyaux (drains) sont généralement posés pour éliminer les sérosités. Un bandage de contention est placé, qui devra rester en place durant une semaine. Il devra être porté jour et nuit et permet d’éviter le gonflement de la zone opérée. Les sutures sont enlevées deux semaines après l’opération.

 

Les complications (hématome sous-cutané, forme irrégulière ou durcissement de la cicatrice, notamment) sont rares. La reprise du travail peut être envisagée après 3 à 7 jours. Il est conseillé d’éviter toute activité fatigante durant 2 à 3 semaines.

Source : allodocteurs.fr

A propos de l'auteur