Reconstruction mammaire : retrouver votre féminité « perdue » ?

Reconstruction mammaire : retrouver votre féminité « perdue » ?

- Dans CHIRURGIE REPARATRICE
408
RECONSTRUCTION DU SEIN EN TUNISIE (APRÈS MASTECTOMIE)

L’été approche et s’exposer au regard des autres lorsqu’on vous a pris le symbole de votre féminité s’avère délicat pour beaucoup de femmes ayant subi une mastectomie (ablation d’un sein) suite à un cancer. Vous trouverez ici un certain nombre d’informations relatives aux solutions qui s’offrent à vous et notamment à la reconstruction mammaire.

 

 

La reconstruction mammaire : pour qui  et quand ?

Avant toute chose, sachez que la reconstruction mammaire n’est en rien obligatoire : elle n’est destinée qu’aux femmes qui le souhaitent et pour qui l’ablation du sein pose un réel problème quant à leur image de femme. De ce fait, sachez qu’avant d’envisager une reconstruction, il existe des prothèses externes à intégrer directement dans le soutien gorge ou encore à coller directement sur la peau. Il existe également des maillots de bain destinés à accueillir ce type de prothèses. Si toutefois cette solution ne vous convient pas : la reconstruction mammaire sera alors envisageable dès lors que votre état de santé le permettra.

Pour ce qui est du délai de l’intervention après la mastectomie, tout dépendra de votre état de santé mais également de vos traitements : chimiothérapie par exemple. Certaines reconstructions pourront ainsi avoir lieu en même temps que l’ablation du sein lui-même (on parle de reconstruction mammaire immédiate) tandis que d’autres ne pourront avoir lieu qu’après la fin du traitement (on parle de reconstruction mammaire différée ou secondaire). Dans ce cas, le délai d’attente variera en fonction de votre état général ou encore de l’élasticité de votre peau suite à votre traitement.

Notez que le tabagisme est à proscrire puisqu’il pourra retarder voire constituer une contre-indication à certaines interventions : le tabac est en effet néfaste pour l’élasticité de la peau mais également pour la cicatrisation. Pour éviter tout problème de cicatrisation ou d’infection, il sera donc nécessaire d’arrêter de fumer au moins 2 mois avant l’opération et de prolonger cet arrêt 2 mois après l’éventuelle reconstruction. Il est donc indispensable de signaler votre dépendance à votre médecin.

reconstruction-seins-tunisie-8

 

Quelles solutions s’offrent à vous ? Comment cela va-t-il se passer ?

Avant la reconstruction, votre peau et votre muscle pectoral devront être correctement préparés à travers des massages et des exercices d’étirement réalisés chez un kinésithérapeute.

Il existe plusieurs techniques de reconstruction mammaire qui nécessiteront plusieurs interventions et qui seront choisies et adaptées à chaque patiente :

  • La reconstruction par prothèse rétro-pectorale : elle consiste à introduire une prothèse (implant) sous le muscle pectoral à travers la cicatrice laissée lors de l’ablation du sein. Si votre peau et vos tissus sont trop minces ou tendus, une prothèse provisoire dite d’expansion pourra être posée. Cette dernière pourra être « gonflée » progressivement par injection de sérum physiologique afin d’étirer la peau de votre sein pour la préparer à recevoir l’implant permanent contenant soit du sérum physiologique, soit du gel de silicone. Lescandale des implants PIP n’est pas sans rappeler les risques que ce type d’intervention comporte à savoir notamment une rupture de la prothèse. Mais gardez à l’esprit qu’une prothèse non défectueuse, même si elle doit être remplacée au bout de quelques années, n’est pas censée se rompre.
  • reconstruction-seins-tunisie-22

 

 

  • La reconstruction par lambeau du muscle grand dorsal : elle consiste à décrocher un muscle du dos appelé « grand dorsal », qui n’est pas indispensable à la mobilité du tronc, à le faire pivoter vers la poitrine et à l’utiliser pour reconstruire le sein manquant. La reconstruction du sein en lui même pourra se faire soit par l’utilisation d’une prothèse qui sera recouverte par le muscle si le volume de ce dernier est insuffisant, soit par le muscle lui-même, sans insertion de prothèse. Cette intervention laissera une cicatrice dans le dos de la patiente.

 

 

  • La reconstruction par lambeau du muscle grand droit abdominal : cette reconstruction appelée Transverse Rectus Abdominis Myocutaneous flap ou TRAM, consiste à prélever un morceau de peau et de muscle « grand droit » au niveau abdominal pour le faire glisser sous la peau de l’abdomen et recréer le sein. Cette intervention ne nécessite pas de prothèse et laissera une cicatrice sur le ventre. Une variante appelée Deep Inferior Epigastric artery Perforator flap ou DIEP consistera quant à elle à prélever uniquement un lambeau de peau et de graisse alimentés par une artère et une veine du bas du ventre pour les glisser sous la peau de l’abdomen et les faire remonter jusqu’à la poitrine, sans toucher au muscle lui-même.
  • reconstruction-seins-tunisie-21

 

 

Attention, quelle que soit le type de reconstruction utilisé par le chirurgien : le modelage du sein, sa taille, sa symétrie, son aspect, son volume, sa souplesse, nécessiteront probablement d’autres interventions de réajustement.

Enfin, une intervention réalisée soit en même temps, soit après le réajustement, permettra de reconstruire l’aréole et le mamelon de votre nouveau sein. Pour cela, les chirurgiens choisiront l’une de ces 2 méthodes :

  • La greffe de la moitié du mamelon du sein restant sur le sein reconstruit
  • Le prélèvement d’une petite zone du sein reconstruit qui sera pliée en deux pour recréer le mamelon.

Sachez que quelle que soit la méthode utilisée, le mamelon reconstruit sera dépourvu de sensibilité notamment érogène.

Une fois le mamelon reconstruit, viendra le tour de l’aréole. Pour cela, le chirurgien prélèvera soit une zone de peau déjà colorée (sur la face interne de la cuisse par exemple) qu’il greffera autour du mamelon, soit la zone de l’aréole sera préalablement pigmentée par tatouage avant d’être greffée.

Source

entrepatients.net

A propos de l'auteur