QU’EST-CE QUE LA CHIRURGIE RÉPARATRICE DES SEINS ?

QU’EST-CE QUE LA CHIRURGIE RÉPARATRICE DES SEINS ?

- Dans CHIRURGIE REPARATRICE, Non classé
467
chirurgie-esthetique-des-seins-paris-lipofilling-seins1

Reconstruction mammaire et hypertrophie sont « les deux mamelles » de la chirurgie réparatrice. En quoi cela consiste et comment se déroule l’acte chirurgical ?

EN QUOI CONSISTE LA CHIRURGIE RÉPARATRICE DES SEINS ?

La chirurgie réparatrice des seins recouvre deux grands domaines. Un domaine qui est pathologique mais qui n’est pas cancéreux : l’hypertrophie mammaire. Des patientes qui ont des très gros seins, qui sont gênées par leur volume, mais qui n’ont pas de maladies directes. Le deuxième domaine est celui de la reconstruction mammaire qui peut se faire soit après l’ablation du sein pour un cancer, soit en cas de malformation grave du sein ou thoracique (le syndrome de Poland).

Pour traiter l’hypertrophie mammaire, il s’agit d’une pathologie qui est plus fonctionnelle puisque c’est le volume de sein qui a des conséquences négatives sur le dos, le poids etc. Des gênes qui nécessitent donc une intervention de réduction. Des interventions qui durent en moyenne deux heures, avec 24 heures d’hospitalisation. Les cicatrices sont autour du mamelon, mais aussi verticales entre le mamelon et le sillons sous mammaires, et parfois horizontales.

reduction-mammaire-tunisie-7

POUR LA RECONSTRUCTION

On dispose de plusieurs moyens. Le moyen le plus simple est la mise en place d’une prothèse, qui sera éventuellement recouverte de manière à ce qu’elle soit bien camouflée par ce que l’on appelle les lambeaux (des palettes de peaux transférées avec un muscle). Il y a aussi le domaine des transferts de micro chirurgicaux. Il s’agit de prélever des palettes de peaux et de graisse souvent au niveau du ventre, et de prélever les vaisseaux qui assurent la vascularisation de cette palette (ce que l’on appelle la micro chirurgie), pour ensuite transférer cette palette au niveau du thorax pour reconstruire le sein. Les vaisseaux sont ensuite rebranchés de manière à ce que tout cela vive. Une technique qui donne des résultats assez extraordinaires. Qui plus est, sans prothèse, cette technique ne provoque pas de délabrement musculaire.

reduction-mammaire-tunisie-3

L’ACTE CHIRURGICAL, QUEL EST-IL EXACTEMENT ?

Pour la réduction mammaire, il s’agit de redessiner l’enveloppe cutanée (c’est à dire enlever de la peau). Il va donc y a voir des cicatrices. D’abord autour du mamelon ; puis, si l’on est amené à enlever une quantité de peau un peu plus importante, des cicatrices verticales (entre le mamelon et le sillon sous mammaire) ; puis, si l’on doit en enlever davantage, des cicatrices horizontales dans le sillon sous mammaire. En plus de la glande il est possible d’enlever jusqu’à un kilo de matière. Pour le traitement de la ptose, sans problème d’excès de volume, on enlève uniquement de la peau. Les cicatrices seront les mêmes que pour l’opération de réduction, en fonction de la quantité de réduction. En général c’est une cicatrice en forme dite « d’encre ».

Reduction-mammaire

POUR LA RÉDUCTION MAMMAIRE IL VAUT DONC MIEUX NE PAS ATTENDRE TROP LONGTEMPS ?

Oui, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, si l’on opère tôt, la peau est plus élastique. On peut donc en enlever moins puisque l’on compte sur une rétraction et donc faire des cicatrices plus courtes. Il y a donc un gain au niveau des cicatrices et de la qualité de vie pour les femmes que cela handicap vraiment (avec parfois des conséquences sur le dos et le poids).

Source

marieclaire.fr